Effectuer une recherche sur le site

Vers une alimentation durable, saine et accessible sur le bassin de Langogne

Contexte

Le Projet Alimentaire Territorial (PAT) du Haut Allier a été initié dans le cadre du Contrat Local de Santé (CLS) du même territoire. L'objectif principal des CLS est de lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé. Les dynamiques de PAT permettent quant à elles d'investir une grande partie des champs qui impactent notre alimentation.

La charte d’Ottawa sur la Promotion de la santé décrit les 5 actions pour promouvoir la santé :

  • Elaboration de politiques pour la santé,
  • Création d’environnements favorables,
  • Renforcement de l’action communautaire,
  • Acquisition d’aptitudes individuelles,
  • Réorientations des services de santé.

Les PAT permettent de travailler autour de l’alimentation et la santé sur 4 des 5 niveaux d’actions préconisés par la Charte d’Ottawa. Ce serait donc des outils pertinents pour élaborer une stratégie alimentaire locale favorable à la santé des populations et qui pourraient permettre de lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé.

Le PAT du Haut-Allier est ainsi porté par la Communauté de communes du même nom et présente une forte coloration "santé". Le PAT a vocation à s’étendre sur le bassin de vie de Langogne. Il s'agit donc d'un territoire de moyenne montagne (1000 m d'altitude en moyenne), faiblement peuplé et avec un fort ancrage agricole (élevage de bovins viande et lait essentiellement).

La démarche a débuté en 2018 par un diagnostic de territoire portant sur l’alimentation au sein des restaurations collectives (équilibre alimentaire;  qualité et origine des denrées; présence éventuelle de perturbateurs endocriniens, etc.) ainsi que des familles, par une étude qualitative et quantitative (équilibre alimentaire, habitudes alimentaires, sucres, produits transformés, souhaits sur les cantines, etc.). Ce diagnostic a permis de créer des groupes de travail multipartenaires et d’engager une démarche projet co-construite.

Le PAT, tel que défini et financé à ce jour permet de travailler les axes suivants :

  • Offre alimentaire de qualité et locale (diagnostic de l'existant et des besoins, développement de filières, liens avec la restauration collective et commerciale, etc.).
  • Accompagnement des restaurations collectives (scolaires et médico-sociales) du territoire vers davantage de produits locaux de qualité (par la réduction du gaspillage alimentaire, par la formation des cuisiniers et des équipes d'encadrement des repas, etc.).
  • Démarches vers les publics les plus vulnérables pour aller vers une alimentation plus équilibrée, plus saine et plus qualitative (publics en situation de précarité alimentaire – ateliers cuisine, mise en place de ramasse de produits frais, jardins, etc.).

La co-construction du PAT et la communication sur le projet dès le début a aussi eu deux effets positifs non identifiés en amont :

  • Les partenaires qui portaient déjà des dynamiques propres se sont engagés sur le PAT afin de mettre en cohérence leurs actions avec le PAT,
  • De nouveaux se sont engagés sur notre territoire (sur leurs fonds propres) pour mettre en place des actions venant renforcer le PAT.
  • Toutes ces actions et dynamiques font ainsi partie intégrante du PAT dans le sens où elles répondent aux objectifs fixés par le PAT, mais aussi car elles sont menées en partenariats et en cohérence.

Description/objectifs

Ce projet est inclu dans le PAT du Haut Allier. Il souhaite participer à l’émergence d’une prise de conscience plus large auprès des habitants du territoire (dont les agriculteurs) de l’impact de notre alimentation sur notre santé et notre environnement. De fait, ce projet propose d’accompagner et de faire participer les agriculteurs et les habitants dans l’identification de solutions locales, d’exemples reproductibles (etc.) pour que chacun puisse se sentir acteur d’un changement dans ses pratiques individuelles, mais aussi dans la structuration d’une offre alimentaire locale durable et saine.

Pour ce faire, ce projet se divise en plusieurs actions :

1. Un programme de 6 interventions auprès d’une dizaine de foyers (environ 25 personnes) : Le Défi Familles à Alimentation Positive.

Ce défi vise à aider les foyers à augmenter leurs consommations de produits bruts, locaux et issus de l’agriculture biologique (ou d’une agriculture respectueuse de l’environnement), sans augmenter leur budget. Sur une période de 6 mois environ, les foyers s’engagent à participer aux ateliers proposés pour relever le défi. Chaque mois, un rendez-vous est donné :

  • soirée de lancement,
  • soirée d’échange avec une diététicienne-nutritionniste pour parler de l’intérêt des produits bio, locaux et de saison ;
  • cours de cuisine avec un chef cuisinier ;
  • visite de ferme bio ;
  • soirée jeux sur l’agriculture biologique et un repas partagé ;
  • jardinage biologique ;
  • soirée de clôture et de valorisation des actions imaginées par les habitants pour contribuer au défi.

Un guide est distribué aux participants.

Ce programme permet de travailler plusieurs volets auprès d’un groupe de foyers qui pourront essaimer auprès d’autres familles du territoire :

  • l’équilibre alimentaire (notamment la diversification des protéines, le sucre, la consommation de végétaux, etc.),
  • la plus-value à utiliser des produits bruts (réduction des déchets, absence de perturbateurs endocriniens, le goût et le prix),
  • l’impact de notre alimentation sur notre environnement (impact de la production, des transports, etc.) .

Les échanges avec les foyers investis dans ce projet viendront nourrir la réflexion globale sur les modalités d’alimentation locale (manque-t-il des filières, as-t ’on facilement accès aux produits locaux de qualité, etc.).

2. Une approche d’inclusion des agriculteurs (dans leurs diversités) au PAT « Se nourrir et nourrir les autres ».

Au travers d’une entrée simple que sont des recettes de cuisine, l’enjeu est d’interroger 15 agriculteurs sur leur double rapport à l’alimentation en tant que producteurs et consommateurs. Les entretiens devront refléter la diversité des agriculteurs du territoire autour des critères suivants : âge, production, label et/ ou mode de production, modalités de vente des produits, familles ancrées et nouveaux arrivants. Ces entretiens seront ensuite retravaillés afin de permettre une restitution aux agriculteurs mais aussi plus largement aux habitants du territoire (livret, spectacle-lecture, repas partagé, etc.).

L’enjeu de cette action est d’arriver à inclure les agriculteurs, dans leurs diversités, au sein du PAT. En valorisant leurs connaissances, leurs histoires, leurs participations à la production alimentaire du territoire, il s’agit de leur faire prendre conscience de leur importance au sein de la dynamique du PAT. Ceci afin de les amener, à terme à être une force de proposition et de réflexion autant sur les modes de productions que les modalités de mise à disposition de leurs productions.

3. Une journée grand public sur l’alimentation durable « L’alimentation de la fourche à la fourchette »

Animée par des professionnels du territoire et proposant une grande diversité d’ateliers (ateliers cuisine de produits locaux, sains et de saison, ateliers sur le goût, les modes de production, visite de ferme, gaspillage alimentaire, compostage, les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation, etc.), cette journée se veut grand public, ouverte à tous, proposant une grande diversité d’ateliers et d’approches pour que les participants puissent se sentir concernés quelques soit leurs propres sensibilités. Par des ateliers ludiques et participatifs, il sera plus simple pour les habitants présents d’identifier les changements qu’ils peuvent amorcer dans leur alimentation pour aller vers une alimentation plus favorable à leur santé et à leur environnement.

Cette journée sera également un moment d’échanges avec les habitants afin de recueillir leurs idées, leurs témoignages, leurs envies, leurs besoins, leurs forces et ressources, etc. Afin de poursuivre la dynamique du PAT en incluant de plus en plus les habitants.

A l'issue de ces trois actions, un temps de réflexion collectifs avec l'ensemble des acteurs engagés dans chacune de ces actions sera proposé afin d'identifier clairement des pistes concrètes (en ayant en têtes les 5 piliers de la Promotion de la santé) permettant de poursuivre les démarches vers une alimentation saine, durable et accessible sur le territoire.

Résultats attendus ou observés

Les résultats attendus du projet sont multiples :

  • Une plus grande participation des habitants au Projet Alimentaire de Territoire,
  • L’identification de propositions concrètes afin de faciliter l’accès à une alimentation durable, saine et accessible,
  • Sensibilisation des habitants vers de nouvelles habitudes alimentaires (au sens large incluant la nutrition, l’impact sur l’environnement, la santé, etc.).

Facteurs de réussite

A priori, soit avant la mise en place de ce projet les facteurs de réussite de l'action identifiés sont :

  • le partenariat fort impliquant collectivités, administrations et société civile,
  • L'inclusion de ce projet dans 2 grandes démarches: le CLS et le PAT (culture commune partagée avec de nombreux acteurs du territoire sur la santé, l'environnement etc...).
Projet
Populations "cibles"

Il y a plusieurs populations cibles :

  • les agriculteurs,
  • des familles,
  • et plus généralement, les habitants.
Dispositif d'évaluation de l'action ou projet
Oui
Temps de mise en oeuvre
plus de 1 an
Année de mise en oeuvre
2019
Modalités et le cas échéant, les résultats de l'évaluation de l'action

Evaluation de processus :

  • Suivi de chaque action (nombre de participants, profil des participants, présence des participants),
  • partenariats,
  • réalisation de chaque action et/ou écart avec l’action prévisionnelle, etc.

Evaluation de résultats :

  • Pistes de changement identifiées par les participants (Défi Alimentation Positive) et si possible entretien à 3 mois (maintien de ces changements à 3 mois),
  • L’identification de propositions concrètes afin de faciliter l’accès à une alimentation durable, saine et accessible (nombre de propositions, types de propositions, etc.)
Montage
Gouvernance

Le Comité de Pilotage du PAT du Haut Allier est composé d’élus de la Collectivité, il valide les grandes orientations du projet.

Le Comité technique du PAT est composé de l’ensemble des partenaires présents dans la conception du PAT : Com Com Haut Allier, Chambre d’Agriculture de la Lozère, Conseil Départemental, Réel 48/ CPIE Lozère, l’ARS, les associations caritatives du territoire (Croix Rouge, Secours Catholique, Secours Populaire et Restos du Cœur), le CH de Langogne, le Collège Dupeyron. Ces partenaires ont participé activement à la création du PAT par une réflexion collective des besoins et des compétences de chacun. Les réunions du CoTech permettent de construire les projets et actions permettant de venir répondre aux objectifs du PAT fixés en Comité de Pilotage.

Des réunions de travail thématiques sont ensuite conduites avec l’ensemble des acteurs concernés afin d’identifier les modalités de mise en place des actions (exemple : le groupe de travail Nutrition et Précarité comprend des partenaires présents dans le CoTech, mais également d’autres partenaires spécifiques, tels que le LERIS qui porte une démarche de création d’un Tiers Lieux de solidarité alimentaire – vers une alimentation durable accessible aux personnes précaires).  Ces réunions permettent également d’inclure les remarques, besoins de partenaires de terrain qui ne peuvent pas s’engager profondément dans les instances de gouvernance du PAT.

Partenaires associatifs
Réel 48/ CPIE, Croix-Rouge, Secours Populaire, Secours Catholique, Restos du Cœur, LERIS, Association AVEC
Partenaire(s) privé(s)
Diététicienne libérale
Partenaire(s) public(s)
Communauté de communes du Haut Allier et les communes le composant, Commune de Grandrieu, DT ARS 48, Conseil Départemental Lozère, Chambre d’agriculture Lozère, DDCSPP de la Lozère, DRAAF Occitanie, ADEME
Opérateur
ALEPE ; Passion Jardin au Naturel, Eco’l’hôte, Réel 48, AVEC, etc. ).
Appel à partenaires

Recherche de partenaire(s) : Nous recherchons des partenaires universitaires pour nous aider à évaluer notre action et à l'améliorer.

Recherche de partenaire(s) financier(s) : Nous recherchons des partenaires financiers pour compléter notre budget du PAT sur les actions décrites plus précisément dans la partie « Description de l’action/du projet » pour un montant prévisionnel de 14 260 €.

Type d'acteur souhaité : Organisme technique ou scientifique.

Partenaire(s) financier(s)
DRAAF, ADEME, ARS