Pollution de l’air ambiant : nouvelles estimations de son impact sur la santé des Français

Santé publique France a actualisé l’estimation du poids total de la pollution de l’air ambiant sur la santé de la population française pour la période 2016 à 2019. Elle conclut que la mortalité liée à la pollution de l’air ambiant reste un risque conséquent en France avec, chaque année, 40 000 décès attribuables à une exposition des personnes âgées de 30 ans et plus aux particules fines (PM2,5) et près de 8 mois d’espérance de vie perdus.

La pollution de l’air ambiant demeure ainsi un facteur de risque pour la santé en France bien que l’évaluation quantitative des impacts sanitaires (EQIS) 2016-2019 suggère une tendance à la baisse de la mortalité en lien avec la pollution de l’air ambiant (7% de la mortalité totale de la population française attribuable à une exposition aux PM2,5 versus 9 % sur la période 2007-2008).

    Par ailleurs, Santé publique France a estimé, a posteriori sur la mortalité, les conséquences des baisses de la pollution de l’air ambiant observées durant le 1er confinement. Une réduction de la pollution de l’air ambiant et de la mortalité associée a été constatée lors du 1er confinement au printemps 2020. Cette réduction est essentiellement liée à une baisse des concentrations en oxydes d’azote (dont le NO2), dont la source est principalement le trafic routier.

    L'étude estime à 1 200  le nombre de décès évités en lien avec une diminution de l’exposition de la population au dioxyde d’azote (NO2) pendant le 1er confinement

    Ces travaux soulignent une nouvelle fois l’importance de poursuivre les efforts de réduction de la pollution atmosphérique, en agissant sur l’ensemble des sources de pollution.

    Consulter le site de Santé Publique France pour plus de détails.